Nouvelle-Zélande : de 900 000 à 19 millions de passagers ferroviaires par an

Fort de sa vaste expérience dans le domaine du design pour chemins de fer, Keith Strode-Penny, propriétaire de Barnacle Design, nous explique comment Auckland a redynamisé son industrie ferroviaire. Le fait de concevoir dans l’optique de susciter l’engagement des usagers a joué un rôle important.

Auckland Rail ADL ADC before refurbishment 2002
Avant la rénovation

Les modèles d’investissement existant dans le secteur des transports, axés uniquement sur les autoroutes, ne pouvant à l’évidence être maintenus, une nouvelle gare impressionnante ouvrit ses portes dans le centre-ville en 2002. Il s’agissait là, toutefois, d’une démarche controversée sur le plan politique, et d’une entreprise à haut risque sur le plan financier.

Dans bien des cas, les trains circulaient au ralenti le long d’une ligne à voie unique desservant un chapelet de gares de banlieue en piteux état. Les bâtiments des gares illustraient la splendeur d’une époque révolue sous les graffitis, au travers des couches de peinture défraîchie et écaillée et des fenêtres condamnées. Il y avait également une ou deux « gares modernes », pleines d’éraflures et taguées « arrêts de bus », implantées sur des quais en béton disparates dans des friches industrielles.

Les voitures de « l’époque de la machine à vapeur » furent remplacées par des unités diesel d’occasion venant d’Australie et le nombre de voyageurs commença à évoluer. Il était clair qu’il restait beaucoup à faire, mais en l’absence de nouveaux fonds conséquents, les options s’avéraient limitées. Comme le soulignait à l’époque le responsable du matériel roulant d’Auckland : « Cela ne servait pas à grand-chose d’avoir une grande gare rutilante en bout de ligne pour n’y faire passer que quelques trains délabrés de temps en temps ».

Il fut décidé de « rafraîchir » les anciens wagons australiens. Keith Strode-Penny, de Barnacle Design, s’est vu confier la mission de procéder à la transformation complète de l’aménagement intérieur, dans la mesure où l’on considérait qu’il s’agissait de l’un des rares domaines susceptibles de donner aux habitants d’Auckland un aperçu de ce que pouvait être un réseau moderne de trains de banlieue.

Un design représentatif de la culture de l’usager « kiwi »

Auckland Rail Refurbished Interior 2002

Bon nombre d’usagers banlieusards néo-zélandais prennent le train par choix, non par nécessité. Les attentes en matière de confort étaient élevées et se fondaient sur l’aménagement intérieur des avions et des voitures modernes plutôt que des trains, puisque les trains de banlieue n’étaient pas utilisés. Parmi les autres influences ayant contribué au design figuraient les halls d’hôtels et d’entreprises, les cafés branchés et les environnements commerciaux. Un design inspiré des expériences et des valeurs culturelles « kiwis » fut appliqué à des aménagements intérieurs de véhicules dans lesquels les usagers d’Auckland seraient tentés de voyager.

Un design orienté clients

L’agencement de l’espace, la conception de l’éclairage, les couleurs, les tissus et les finitions constituaient les composantes de base de l’élaboration d’un aménagement intérieur « orienté clients ». Les espaces devaient être confortables et sûrs. Auckland était en train de créer une marque globale pour son réseau de transport de voyageurs, qui reflétait son statut de ville cosmopolite du Pacifique. Il fallait que la sélection des éléments thématiques et des finitions traduise les valeurs de la marque.

Les concepts élégants et motivants d’aménagement intérieur devaient entrer dans le cadre des limites budgétaires du projet. L’ensemble des éléments thématiques et de marque devaient harmoniser l’expérience client au sein d’une flotte d’occasion hétérogène.

Vigilance en matière de conformité

L’un des plus grands défis fut de garantir, dans la mesure du possible, que la flotte d’occasion pouvait répondre aux exigences modernes de conformité dans un environnement de transport. Les matériaux et les finitions, y compris les revêtements de sol Flotex de Forbo, devaient tous satisfaire aux critères de référence internationaux pour la réaction au feu. Les solutions de design étaient tenues de respecter les exigences des groupes d’usagers ayant des besoins particuliers, notamment les personnes en fauteuil roulant. Comme la taille de la flotte augmentait rapidement, il était clair que l’offre d’aménagement intérieur devait faciliter l’entretien.

Revêtements de sol

Les revêtements de sol ont joué un rôle important dans le scénario visant à persuader les banlieusards kiwis de laisser leurs voitures à la maison et de prendre le train. Il fut décidé que le design intègrerait des revêtements de sol « souples ». Après avoir réalisé quelques essais avec diverses options, le revêtement Flotex Montana Anthracite de Forbo fut retenu comme le produit idéal qui saurait créer le style et l’ambiance adéquats, tout en offrant une durabilité exceptionnelle, une bonne étanchéité et une solide certification en matière de réaction au feu.

Grâce à une croissance de 20 % par an, ces trains d’occasion ont apporté la justification commerciale requise pour l’électrification

La vingtaine de voitures initiales s’est multipliée pour atteindre un total de 150 véhicules, achetés d’occasion dans le monde entier. La flotte comprenait plus d’une centaine d’anciennes voitures MK2 des chemins de fer britanniques qui furent complètement dégarnies, réduites à une simple structure, dérouillées, puis rééquipées de nouvelles portes de trains de banlieue à la place des vieilles portes en bout britanniques, de nouveaux bogies à voie étroite, de nouveaux systèmes ferroviaires, et bien sûr d’un tout nouvel aménagement intérieur. Pour reprendre les propos du Premier ministre de l’époque lors du lancement de cette flotte modernisée : « Du squelette d’une buse, on a fait un épervier ! ».

Auckland Rail proposed new exterior 2002Auckland Rail Plan 2002

Auckland Rail Exterior Plan 2002
Les principes directeurs du processus de conception

 

Le nombre d’usagers a immédiatement « décollé ». Les voyages en train ont commencé à faire partie de l’air du temps citadin, au même titre que la revitalisation du centre d’Auckland et l’ouverture du front de mer au développement. On était en train de créer une nouvelle atmosphère axée sur la ville pour tirer Auckland de son paisible sommeil banlieusard et convertir la cité en une plaque tournante cosmopolite moderne du Pacifique.

La conception de l’éclairage a été primée par l’Illuminated Engineering Society of Australia and New Zealand (IES). Cette distinction récompensait l’utilisation simple mais efficace de l’éclairage dans le but de composer un environnement lumineux réfléchi à l’aide de techniques plus couramment associées à l’aviation commerciale.

13900897610_d23de51867_o.jpg
Les nouveaux trains électriques d’Auckland

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s